Parc Naturel des Aiguamolls (Espagne)

 

costa-brava-aiguamolls-empordaPetite visite du parc naturel d’Aiguamolls .  Aiguamolls est une réserve naturelle protégée, qui contient deux domaines bien limités. L’un se trouve aux embouchures des rivières Fluvià et Muga et l’autre se trouve derrière plus au nord. Le parc naturel rencontre les eaux du golfe de Roses sur une longue plage de dunes. Il y a plus de deux millénaires les marais et les dunes s’étendaient sur tout le golfe de Roses jusqu’à la „platja de Pals“ en Baix Empordà. Les eaux des rivières Ter, Fluvià et Muga se rejoingnaient en forme de mosaïque sur les lagunes, méandres et de petites lagunes qui étaient entourées par des dunes, la terre était saumâtre et les forêts bordaient les rivières. Tout cela formait un environnement hétérogène dans lequel sans aucun doute un grand nombre d’oiseaux, poissons, mammifères, reptiles et amphibies ainsi que des animaux de passage vivaient, dans une richesse telle qu’elle ferait blêmir les grands parcs naturels de l’Europe d’aujourd’hui.

Le Parc Natural dels Aiguamolls de l’Empordà (créé par la Loi 21/1983 du 28 octobre, sur la Protection des Aiguamolls de l’Empordà) a été déclaré zone protégée après une longue et intense campagne de défense qui avait débuté en 1976 pour tenter d’éviter l’urbanisation de la zone. Trois zones principales constituent le Parc proprement dit : La Réserve des “Estanys”: Faite de grandes étendues de roselières, de massettes et de champs inondables. La Réserve de “Les Llaunes”: Avec des lagunes littorales, près saumâtres et des dunes. La Réserve de ” L’Illa de Caramany”: Située au milieu du cours du Fluvià, lieu de nidification de nombreux oiseaux. La flore de cet espace protégé est principalement concentrée dans des parties à demi inondables ou inondées et, en ce sens, il convient de remarquer la présence de plantes typiques de ces milieux, comme c’est le cas des salicornes (Arthrocnemum, des sols salins), du roseau des sables (Ammophila arenaria) qui poussent sur les sables du bord de mer, et de l’iris jaune (Iris pseudacorus). En dernier lieu, il ne faut pas oublier la présence fournie de la faune et il faut tout particulièrement citer la loutre eurasienne (Lutra lutra) et la cigogne blanche (Ciconia ciconia), espèces qui furent réintroduites avec succès il y a déjà quelques années, de l’épinoche à trois épines (Gasteosterus aculeatus) et de l’aphanius d’Espagne (Aphaniius iberus), deux poissons particulièrement caractéristiques de ces eaux et espèces endémiques de la zone.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.