Archives de l’auteur : admin-serge

Visite du chantier de la ligne 2 du tramway de Nice

Visite de la roue de coupe du tunnelier (ligne 2 du tramway).

Baptisé Catherine, en hommage à Catherine Ségurane, le tunnelier qui a creusé la partie souterraine de la ligne 2 du tramway mesure près de 78 m de long et pèse 1 400 tonnes, 9,68 m de diamètre pour la roue de coupe.

Mais aujourd’hui, la mission de Catherine et terminée et les Niçois sont invités à découvrir cet engin hors normes, à l’occasion d’une journée portes-ouvertes.

 

 

Share Button

Visite du musée du sport à Nice

Le Musée national du Sport, créé en 1963, est un musée traitant du phénomène sportif dans sa globalité. Ses collections comptent plus 45 000 objets et 400 000 documents qui retracent l’histoire du sport dès ses origines. Après la fermeture du site d’exposition du 13e arrondissement de Paris en janvier 2013, le musée déménage à Nice (06) et ouvre ses portes le  dans un nouvel espace qui lui est dédié au sein du stade Allianz Riviera.

 

 

Share Button

New York: visite de Harlem

Harlem est un quartier du nord de l’arrondissement de Manhattan à New York, aux États-Unis. Il se situe entre le nord de la 96e rue et Washington Heights. Toutefois, l’espace est officieusement délimité par la 110e rue au sud et par la 155e rue au nord. Harlem a joué un rôle majeur tout au long de l’histoire de New York : au début du xxe siècle, le mouvement de la Renaissance de Harlem fit de New York le principal foyer de la culture afro-américaine ; par la suite, le quartier devint l’un des centres de la lutte pour l’égalité des droits civiques, étant donné que Harlem a longtemps été et demeure encore aujourd’hui un lieu où se concentrent les Afro-Américains.

Après plusieurs décennies de crise et de délabrement, Harlem se transforme aujourd’hui en un quartier dynamique et attrayant, alors qu’il était considéré comme un ghetto où la criminalité était élevée il y a encore quelques années. Le fait que Bill Clinton ait choisi d’y installer ses bureaux traduit bien cette mutation urbaine et montre la volonté d’en faire l’un des centres attractifs de New York.

 

 

Share Button

New York: Grand Central Terminal

Grand Central Terminal (souvent appelé Grand Central Station) est une gare ferroviaire new-yorkaise, située au centre de l’arrondissement de Manhattan, dans le quartier de Midtown (entre la 42e rue et Park Avenue). De nos jours, c’est un terminal de trains locaux exploité par la MTA (par le biais du Metro-North Railroad), qui gère plusieurs lignes desservant les comtés de Westchester, Putnam et Dutchess dans l’État de New York, ainsi que ceux de Fairfield et New Haven dans le Connecticut. Les trains de grandes lignes ont tous été reportés sur la moderne Pennsylvania Station.

C’est également une importante station de métro, où l’on trouve des correspondances entre les lignes 4, 5, 6 et 7.

Entre 1903 et 1913, le bâtiment a été de nouveau démoli et reconstruit par phases successives, pour obtenir ce qui est aujourd’hui l’actuel Grand Central Terminal ; il faut aussi pour cela raser 120 immeubles, trois églises, deux hôpitaux, un orphelinat, des étables et des entrepôts1. L’architecture est l’œuvre des cabinets Warren & Wetmore et Reed & Stern. En parallèle à ces travaux, les lignes des trois compagnies furent électrifiées et on enterra les voies à l’approche de la gare avec la construction du tunnel de Park Avenue.

Pendant les années 1990, la gare a été entièrement rénovée, les travaux ont duré jusqu’en 1998. Le plus étonnant a été la redécouverte du plafond du hall principal, orné d’un ciel étoilé parsemé de constellations et peint par Paul-César Helleu, qui était caché sous une couche de saleté et de suie.

Le bâtiment de style Beaux-Arts « couvre 3 hectares, s’établit sur 7 niveaux, est illuminée par 55 000 ampoules, accueille 797 trains par jour sur 63 voies, abrite 35 restaurants, des dizaines de boutiques, deux courts de tennis accessibles à la demande, un immense drapeau américain suspendu dans le grand hall, mais aucun banc ». Le plafond du grand hall, qui s’élève à 38 mètres, est recouvert de peintures représentant 2500 étoiles, constellations réalisées par le Français Paul César Helleu à partir d’un manuscrit médiéval. L’emblème de la gare, présent au grand hall dont le sol est en marbre couleur crème, au-dessus des guichets d’information, est « une horloge à quatre faces tapissées d’opales et coiffée de cuivre »1.

Concurrencé par l’avion, délabré et « squatté » par des « dealers », Grand Central faillit disparaître dans les années 1970 ; c’est le soutien de l’ancienne Première dame Jacqueline Kennedy-Onassis qui lui permet toutefois d’échapper à la destruction et d’être rénovée puis reconvertie en gare desservant les banlieues. De nos jours, la gare compte un marché de produits frais, 35 restaurants et des bars à bière. Les horaires ont, dit-on, tous une minute de retard, afin de permettre aux retardataires d’avoir leur train.

Grand Central Terminal est la plus importante gare au monde par son nombre de quais : 44, qui donnent sur 67 voies. Elles sont réparties sur deux niveaux, 41 au niveau supérieur et 26 pour l’inférieur.

À côté des quais, on trouve une galerie marchande, avec plusieurs restaurants (le plus connu étant l’Oyster Bar), des fast-foods, kiosques à journaux, soit plus d’une quarantaine de commerces.

 
Le hall principal.
  • Hall principal est le cœur de la gare, où l’on trouve les guichets, bien que ceux-ci aient été partiellement remplacés par des distributeurs automatiques. Au centre, se trouve un bureau d’information, dont la pendule à quatre faces est un des symboles de cette gare.
  • Hall des restaurants (Dining Concourse) est situé sous le hall principal, auquel il est relié par de nombreux escaliers et ascenseurs. On y trouve surtout des fast-foods.
  • Hall Vanderbilt : bien que faisant partie de la gare, ce hall prestigieux est loué, utilisé pour différentes manifestations privées ou publiques.
  • Grand Central North est une extension moderne qui permet d’accéder à la gare à partir des 47e et 48e rues. De là, on peut aller vers le hall principal par deux galeries qui longent les voies.
  • Station de métro est accessible depuis le hall principal. Son architecture est banale, on n’y retrouve pas l’aspect majestueux de la gare de chemin de fer. La station a été presque entièrement détruite par un incendie pendant les années 1960 et reconstruite depuis.
Share Button

New York: visite du musée du métro

Le New York Transit Museum (« Musée du métro de New York ») également appelé NYC Transit Museum est un musée de la ville de New York qui regroupe une collection d’objets historiques liés principalement au métro de la ville, mais aussi au bus, aux trains de banlieue et aux ponts et tunnels gérés par la Metropolitan Transportation Authority. Il est situé à Brooklyn Heights, au niveau de la station de métro Court Street. Le musée dispose également d’une antenne plus petite à Grand Central Terminal. Le musée a ouvert ses portes le 4 juillet 1976, à l’occasion du bicentenaire de la révolution américaine

 

York Transit Museum (« Musée du métro de New York ») également appelé NYC Transit Museum. Si vous aussi vous êtes passionné de trains, vous ne pouvez pas râter la visite de ce formidable Musée. 

C’est un musée de la ville de New-York qui regroupe une collection d’objets historiques liés principalement au métro de la ville, mais aussi au bus, aux trains de banlieue et aux ponts et tunnels gérés par la Metropolitan Transportation Authority. Il est situé à Brooklyn Heighs, au niveau de la station de métro Court Street (juste au croisement de Boerum Pl et Schermerhorn).

Le musée dispose également d’une antenne plus petite à Grand Central Terminal. Le musée a ouvert ses portes le 4 juillet 1976, à l’occasion du bicentenaire de la révolution américaine.

En métro, vous prendrez les trains 2, 3, 4 ou 5 et descendrez à la station Borough Hall. Le musée étant situé dans une authentique station de métro, il vous faudra descendre sous terre une fois arrivé à la destination. Le tarif pour le visiter est seulement de 7 dollars pour les adultes et 5 dollars pour les enfants. Ce musée vous montre l’incroyable épopée du développement du transport en commun à travers des reportages photos, des films et des choses très intéractives.

Vous aurez ainsi la possibilité de vous promener entres de très vieux wagons (avec des publicités d’époques), bus et rames dans ce lieu chargé d’histoire. La visite dure entre 1h30 et 2 heures selon le rythme de la visite.

La première partie du Musée vous présente les différents chantiers du métro en vous racontant l’histoire de ceux qui ont contribué à ses chantiers titanesques. Vous pourrez ainsi admirer les différents portillons d’entrée qui ont été mis en place dans le métro depuis l’année 1904.

Vous trouverez toutes les informations relatives au Musée ici.

Share Button

New York: pont de Brooklyn

Le pont de Brooklyn, en anglais Brooklyn Bridge, à New York est l’un des plus anciens ponts suspendus des États-Unis. Il traverse l’East River pour relier les arrondissements de Manhattan et de Brooklyn.

Long de 1 825 mètres, il est ouvert à la circulation le , après 14 ans de travaux. Pendant cette seule journée, il est emprunté par 1 800 véhicules et 150 300 personnes. Le pont coûte plus de 15 millions de dollars de l’époque et on estime que 27 personnes trouvent la mort pendant les travaux. Son architecte, John Augustus Roebling meurt des suites d’un accident sur le chantier, quelques jours seulement après le début des travaux. C’est son fils, Washington Roebling, puis sa bru, Emily Warren Roebling, qui mènent le projet à son terme.

Le pont de Brooklyn est un pont suspendu monté sur des piliers de 90 m qui sont enterrés à 35 m de fond ; le tablier se situe à une hauteur de 44 m1. Sa longueur totale, y compris les rampes d’accès, s’élève à 1 825 m pour une largeur de 28 m. La portée entre les pylônes de granite2 atteint 487 m1.

Sa conception revient au cabinet d’architecture de John Augustus Roebling à Trenton (New Jersey), qui a à son actif plusieurs ponts suspendus de taille plus modeste : à Waco (Texas) et à Cincinnati (Ohio). Le coût total de l’ouvrage s’élève finalement à un peu plus de quinze millions de dollars3.

Le creusement des fondations se fait avec le procédé Triger. Un caisson en bois (en forme de cuvette renversée) est assemblé puis remorqué sur le lieu de construction des piliers, puis lesté avec du granit pour être immergé. Ensuite, à l’aide d’un piston, de l’air comprimé est soufflé dans le caisson afin d’en chasser l’eau et permettre ainsi aux ouvriers de travailler au sec.

Quand il est achevé, le profil aérodynamique du pont n’a pas encore été mis à l’épreuve. À cette époque, on n’utilise pas de soufflerie pour réaliser des essais sur modèles réduits. Le concepteur, particulièrement prudent, fait construire des armatures six fois plus résistantes que celles qu’il a estimé nécessaires. Il constate néanmoins que les câbles livrés par l’un des sous-traitants sont moins solides que prévu.

Share Button

New York: Rockfeller Center

Le Rockefeller Center est un complexe commercial construit par la famille Rockefeller composé de dix-neuf bâtiments. Il est situé dans le quartier de Midtown, entre la 5e avenue et l’avenue des Amériques de l’arrondissement de Manhattan de la ville de New York. C’est à ce niveau que se trouvent les boutiques de luxe de New York. Il fut déclaré National Historic Landmark en 1987.

Le Rockefeller Center est composé de nombreux commerces et salles de spectacle, dont la réputation, comme celle du Radio City Music Hall, a franchi les frontières de la ville et du pays. Le complexe est une destination touristique, en raison des très nombreuses décorations de la Rockefeller Plaza, de la vue offerte par l’observatoire du GE Building, mais aussi grâce à de nombreux événements saisonniers comme la grande patinoire ou le sapin gigantesque qui rassemblent chaque année des milliers de personnes.

 

Share Button

New York: Musée Guggenheim

Le musée Solomon R. Guggenheim ou Solomon R. Guggenheim Museum est un musée d’art moderne situé sur la Cinquième avenue dans l’Upper East Side à New York, aux États-Unis. C’est le plus connu des différents musées créés par la fondation Solomon R. Guggenheim. Aussi il est souvent appelé simplement le Guggenheim. Il compte en 2005 environ 6 000 œuvres dont 3 % seulement sont exposées.

À l’origine, son nom était « The Museum of non-objective painting », que l’on peut traduire par « musée de la peinture non figurative ». Il fut créé pour être un lieu d’exposition de l’art d’avant-garde d’artistes modernistes tels que Wassily Kandinsky et Piet Mondrian. L’emplacement actuel du musée, à l’angle de la 89e rue et de la Cinquième avenue, dominant Central Park, date de 1959, après que le nouveau bâtiment fut dessiné par Frank Lloyd Wright, qui décéda avant la fin des travaux et l’ouverture du musée le 21 octobre 1959.

L’espace muséal a une structure en hélice. Le visiteur entre par le sommet, puis descend progressivement jusqu’au niveau du sol par une rampe légèrement inclinée : la notion de salle d’exposition disparaît ainsi au profit d’une continuité de présentation.

Thomas Krens dirigea le musée entre 1988 et 2005. Il s’employa à franchiser l’établissement en permettant l’ouverture d’autres centres Guggenheim dans le monde. Il chercha également à équilibrer le budget de l’institution. C’est aussi sous sa direction qu’un mini-musée Guggenheim ouvrit ses portes dans le quartier de SoHo, au sud de Manhattan, mais celui-ci finit par disparaître en 20012. Thomas Krens chercha à attirer le public par de grandes expositions temporaires. Les autres recettes du musée proviennent des concessions aux quatre restaurants et cafés ainsi qu’aux trois magasins et librairies.

Share Button

New York: Chinatown

Chinatown est un quartier asiatique situé dans le sud de l’arrondissement de Manhattan, à New York. À l’exemple d’autres Chinatowns (quartiers chinois), celui de New York constitue une enclave ethnique peuplée majoritairement de Sino-Américains. Depuis quelques années, la communauté chinoise du quartier de Flushing, dans l’arrondissement de Queens, moins connue, est devenue plus nombreuse.

Les premières décennies du Chinatown new-yorkais furent dominés par les « tongs », groupes d’influence constitués autour de propriétaires terriens, d’alliances politiques (Kuomintang contre le Parti communiste chinois), et parfois de syndicats du crime. Ces associations, en général une par rue, fournissaient une protection contre le racisme anti-Chinois, aidant les nouveaux immigrants à se lancer dans les affaires, notamment en leur prêtant de l’argent.

Ces associations se regroupèrent en fédération sous le nom de Chinese Consolidated Benevolent Association. Cela ne fut pas suffisant pour en assurer la stabilité et les conflits étaient fréquents entre les différents gangs, opposant notamment les tongs On Leong et Hip Sing du côté de Doyer street. Des gangs comme les Ghost Shadows (Ombres Fantômes) et les Flying Dragons (Dragons Volants) perdurèrent jusque dans les années 1990.

Le seul parc de Chinatown, Columbus Park, occupe l’emplacement de l’ancien quartier mal famé de Five Points. Durant le XIXe siècle, ce quartier était le plus dangereux de New York (telle qu’elle a été décrite par le film Gangs of New York).

Une grande partie de Chinatown fonctionne dans l’économie parallèle, avec des salaires inférieurs aux minima légaux et des transactions financières effectuées en numéraire pour contourner l’impôt. Elle emploie nombre d’immigrants qui ne maîtrisent pas suffisamment l’anglais pour envisager d’occuper des emplois déclarés. Cela a favorisé l’expansion de l’industrie de confection et des boutiques de vêtements. Il y a également une forte activité touristique, notamment de restauration.

Les commerces alimentaires, primeurs et poissonneries, sont concentrés sur Mulberry Street, Canal Street (vers Baxter Street) et le long de Broadway (surtout vers Catherine Street). Les bijouteries chinoises s’alignent sur Canal Street entre Mott et Bowery. Les Chinois épargnant beaucoup, on trouve également plusieurs banques asiatiques et américaines dans le quartier. Sur Canal Street, une multitude de vendeurs proposent des imitations de parfum, des montres et des sacs à main.

Jusque dans les années 1970, Chinatown était délimité par :

  • Canal Street au nord (limitrophe de Little Italy)
  • The Bowery à l’est (vers le Lower East Side)
  • Worth Street au sud
  • Baxter Street à l’ouest

Après l’évolution des lois sur l’émigration, en 1965, qui autorisaient un plus grand nombre d’immigrants d’origine asiatique, la population de Chinatown a explosé et le quartier s’est étendu, surtout en direction du nord. Dans les années 1970, Little Italy était presque absorbée, il n’en restait plus qu’une partie sur Mulberry Street au nord de Canal Street. Le quartier qui s’appelle NoLIta(North of Little Italy) commence également à se remplir de résidents chinois.

Un gigantesque projet immobilier, appelé Confucius Plaza et subventionné par des fonds fédéraux, vit le jour à l’angle de Bowery et de Division streets en 1976. Cette tour résidentielle de 44 étages permit d’absorber quelque peu l’expansion démographique du quartier, en offrant également un nouveau groupe scolaire aux habitants. Cependant, bien que cet immeuble ait été conçu pour abriter des familles aux revenus modestes, beaucoup d’appartements furent acquis par des personnes fortunées, grâce à des dessous de table.

Dans les années 1990, les Chinois commencèrent à investir d’autres quartiers du Lower East Side, qui cinquante années auparavant étaient occupés par des immigrants juifs d’Europe de l’Est et vingt ans avant par une population d’origine hispanique. On trouve encore quelques restes de cet héritage judaïque, comme le restaurant Katz’s Deli et un certain nombre de synagogues et autres établissements religieux.

De nos jours, Chinatown s’étend sur une zone approximativement délimitée par :

  • Delancey Street au nord (vers East Village et SoHo)
  • East Broadway à l’est (jusqu’au pont de Williamsburg)
  • Broadway à l’ouest (débordant sur Tribeca)
  • Chambers Street au sud (débordant sur le quartier de City Hall, la mairie)

Le Chinatown de New York est à la fois une zone résidentielle et commerciale, ce qui le distingue de certains autres quartiers chinois. La plupart des estimations concernant sa population sont comprises entre 150 000 à 250 000 résidents et atteignent parfois 350 000. Il est difficile de la connaître avec exactitude, les habitants étant difficiles à recenser, à cause de difficultés linguistiques et d’une importante immigration clandestine.

À côté des 200 à 300 restaurants du quartier, l’emploi est également assuré par la présence de boutiques vestimentaires. Bien que les vêtements soient maintenant principalement fabriqués en Chine, on trouve encore une industrie locale de la confection, souvent réalisée à domicile. L’accroissement de la population provient essentiellement de l’immigration. Lorsque les générations précédentes d’immigrants parviennent à un meilleur niveau d’instruction, de qualification professionnelle et de maîtrise de l’anglais, ils ont tendance à chercher du travail et à déménager dans d’autres quartiers.

En ce début de XXIe siècle, l’habitat de Chinatown est surtout composé d’immeubles délabrés, découpés en logement exigus, certains datant de plus d’un siècle, avec toilettes dans l’entrée partagées entre plusieurs appartements.

En dehors des enseignes commerciales écrites en chinois, il n’y avait pas historiquement de monument spécifiquement chinois dans le quartier. En 1962], à Chatham Square fut érigé l’arche Kam Lau en l’honneur des soldats américains d’origine chinoise morts pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce mémorial, qui porte des calligraphies du célèbre Yu Youren (1879-1964), est la plupart du temps ignoré par les résidents, car mal placé sur une artère encombrée de véhicules. On trouve également une statue de Lin Zexu, un dignitaire chinois de Fuzhou qui s’est opposé au commerce de l’opium au XIXe siècle. Dans les années 1970, la compagnie téléphonique locale commença à coiffer les cabines publiques de décorations en forme de pagode. En 1976, la statue de Confucius devant Confucius Plaza devint un lieu de rencontre. Dans les années 1980, les banques qui s’implantèrent dans le quartier firent construire des bâtiments avec des façades dans le style chinois traditionnel.

Certains considèrent que les meilleurs restaurants chinois se trouvent maintenant dans le quartier de Flushing.

Chinatown fut sévèrement touchée par les attentats du 11 septembre 2001. Étant proche de Ground zero, le tourisme et le commerce mirent du temps à redémarrer, notamment à cause de la fermeture par la police de Park Row, une des deux artères importantes reliant le Financial Center (centre des affaires) avec Chinatown.

Share Button

New York: visite du MOMA

Le Museum of Modern Art (MoMA) est un musée d’art moderne et contemporain inauguré en 1929 et aujourd’hui situé dans le quartier de Midtown dans l’arrondissement de Manhattan, à New York.

Abby Aldrich Rockefeller (épouse de John D. Rockefeller, Jr.) et deux de ses amies, Lillie P. Bliss et Mary Quinn Sullivan, mécènes influentes et progressistes, perçoivent la nécessité de contester les politiques conservatrices des musées traditionnels aux États-Unis. Elles décident de créer une institution vouée exclusivement à l’art moderne qui aura pour rôle de conserver des œuvres connues mais d’ouvrir également ses portes à de jeunes artistes.

Inauguré en 1929, le musée accueillait plus de 3 millions de visiteurs en 20101, ce qui en fait la troisième institution la plus visitée aux États-Unis après le Metropolitan Museum of Art (New York) et la National Gallery of Art (Washington). L’institution conserve l’une des plus importantes collections d’art moderne et contemporain au monde avec celle du Centre Georges-Pompidou (Paris) et de la Tate Modern (Londres).

Le MoMA a été l’un des premiers musées d’art au monde à se doter, en 1940, d’un département spécifique consacré à la photographie, fondé par Beaumont Newhall, et cela a fortement contribué à la reconnaissance de celle-ci comme un art à part entière et a eu une grande influence dans l’acceptation de la photographie par d’autres musées à travers le monde.

Le P.S. 1 Contemporary Art Center, situé dans l’arrondissement de Queens, est affilié au MoMA depuis 2000.

Share Button