Archives de catégorie : Voyages

New York: pont de Brooklyn

Le pont de Brooklyn, en anglais Brooklyn Bridge, à New York est l’un des plus anciens ponts suspendus des États-Unis. Il traverse l’East River pour relier les arrondissements de Manhattan et de Brooklyn.

Long de 1 825 mètres, il est ouvert à la circulation le , après 14 ans de travaux. Pendant cette seule journée, il est emprunté par 1 800 véhicules et 150 300 personnes. Le pont coûte plus de 15 millions de dollars de l’époque et on estime que 27 personnes trouvent la mort pendant les travaux. Son architecte, John Augustus Roebling meurt des suites d’un accident sur le chantier, quelques jours seulement après le début des travaux. C’est son fils, Washington Roebling, puis sa bru, Emily Warren Roebling, qui mènent le projet à son terme.

Le pont de Brooklyn est un pont suspendu monté sur des piliers de 90 m qui sont enterrés à 35 m de fond ; le tablier se situe à une hauteur de 44 m1. Sa longueur totale, y compris les rampes d’accès, s’élève à 1 825 m pour une largeur de 28 m. La portée entre les pylônes de granite2 atteint 487 m1.

Sa conception revient au cabinet d’architecture de John Augustus Roebling à Trenton (New Jersey), qui a à son actif plusieurs ponts suspendus de taille plus modeste : à Waco (Texas) et à Cincinnati (Ohio). Le coût total de l’ouvrage s’élève finalement à un peu plus de quinze millions de dollars3.

Le creusement des fondations se fait avec le procédé Triger. Un caisson en bois (en forme de cuvette renversée) est assemblé puis remorqué sur le lieu de construction des piliers, puis lesté avec du granit pour être immergé. Ensuite, à l’aide d’un piston, de l’air comprimé est soufflé dans le caisson afin d’en chasser l’eau et permettre ainsi aux ouvriers de travailler au sec.

Quand il est achevé, le profil aérodynamique du pont n’a pas encore été mis à l’épreuve. À cette époque, on n’utilise pas de soufflerie pour réaliser des essais sur modèles réduits. Le concepteur, particulièrement prudent, fait construire des armatures six fois plus résistantes que celles qu’il a estimé nécessaires. Il constate néanmoins que les câbles livrés par l’un des sous-traitants sont moins solides que prévu.

Share Button

New York: Rockfeller Center

Le Rockefeller Center est un complexe commercial construit par la famille Rockefeller composé de dix-neuf bâtiments. Il est situé dans le quartier de Midtown, entre la 5e avenue et l’avenue des Amériques de l’arrondissement de Manhattan de la ville de New York. C’est à ce niveau que se trouvent les boutiques de luxe de New York. Il fut déclaré National Historic Landmark en 1987.

Le Rockefeller Center est composé de nombreux commerces et salles de spectacle, dont la réputation, comme celle du Radio City Music Hall, a franchi les frontières de la ville et du pays. Le complexe est une destination touristique, en raison des très nombreuses décorations de la Rockefeller Plaza, de la vue offerte par l’observatoire du GE Building, mais aussi grâce à de nombreux événements saisonniers comme la grande patinoire ou le sapin gigantesque qui rassemblent chaque année des milliers de personnes.

 

Share Button

New York: Musée Guggenheim

Le musée Solomon R. Guggenheim ou Solomon R. Guggenheim Museum est un musée d’art moderne situé sur la Cinquième avenue dans l’Upper East Side à New York, aux États-Unis. C’est le plus connu des différents musées créés par la fondation Solomon R. Guggenheim. Aussi il est souvent appelé simplement le Guggenheim. Il compte en 2005 environ 6 000 œuvres dont 3 % seulement sont exposées.

À l’origine, son nom était « The Museum of non-objective painting », que l’on peut traduire par « musée de la peinture non figurative ». Il fut créé pour être un lieu d’exposition de l’art d’avant-garde d’artistes modernistes tels que Wassily Kandinsky et Piet Mondrian. L’emplacement actuel du musée, à l’angle de la 89e rue et de la Cinquième avenue, dominant Central Park, date de 1959, après que le nouveau bâtiment fut dessiné par Frank Lloyd Wright, qui décéda avant la fin des travaux et l’ouverture du musée le 21 octobre 1959.

L’espace muséal a une structure en hélice. Le visiteur entre par le sommet, puis descend progressivement jusqu’au niveau du sol par une rampe légèrement inclinée : la notion de salle d’exposition disparaît ainsi au profit d’une continuité de présentation.

Thomas Krens dirigea le musée entre 1988 et 2005. Il s’employa à franchiser l’établissement en permettant l’ouverture d’autres centres Guggenheim dans le monde. Il chercha également à équilibrer le budget de l’institution. C’est aussi sous sa direction qu’un mini-musée Guggenheim ouvrit ses portes dans le quartier de SoHo, au sud de Manhattan, mais celui-ci finit par disparaître en 20012. Thomas Krens chercha à attirer le public par de grandes expositions temporaires. Les autres recettes du musée proviennent des concessions aux quatre restaurants et cafés ainsi qu’aux trois magasins et librairies.

Share Button

New York: Chinatown

Chinatown est un quartier asiatique situé dans le sud de l’arrondissement de Manhattan, à New York. À l’exemple d’autres Chinatowns (quartiers chinois), celui de New York constitue une enclave ethnique peuplée majoritairement de Sino-Américains. Depuis quelques années, la communauté chinoise du quartier de Flushing, dans l’arrondissement de Queens, moins connue, est devenue plus nombreuse.

Les premières décennies du Chinatown new-yorkais furent dominés par les « tongs », groupes d’influence constitués autour de propriétaires terriens, d’alliances politiques (Kuomintang contre le Parti communiste chinois), et parfois de syndicats du crime. Ces associations, en général une par rue, fournissaient une protection contre le racisme anti-Chinois, aidant les nouveaux immigrants à se lancer dans les affaires, notamment en leur prêtant de l’argent.

Ces associations se regroupèrent en fédération sous le nom de Chinese Consolidated Benevolent Association. Cela ne fut pas suffisant pour en assurer la stabilité et les conflits étaient fréquents entre les différents gangs, opposant notamment les tongs On Leong et Hip Sing du côté de Doyer street. Des gangs comme les Ghost Shadows (Ombres Fantômes) et les Flying Dragons (Dragons Volants) perdurèrent jusque dans les années 1990.

Le seul parc de Chinatown, Columbus Park, occupe l’emplacement de l’ancien quartier mal famé de Five Points. Durant le XIXe siècle, ce quartier était le plus dangereux de New York (telle qu’elle a été décrite par le film Gangs of New York).

Une grande partie de Chinatown fonctionne dans l’économie parallèle, avec des salaires inférieurs aux minima légaux et des transactions financières effectuées en numéraire pour contourner l’impôt. Elle emploie nombre d’immigrants qui ne maîtrisent pas suffisamment l’anglais pour envisager d’occuper des emplois déclarés. Cela a favorisé l’expansion de l’industrie de confection et des boutiques de vêtements. Il y a également une forte activité touristique, notamment de restauration.

Les commerces alimentaires, primeurs et poissonneries, sont concentrés sur Mulberry Street, Canal Street (vers Baxter Street) et le long de Broadway (surtout vers Catherine Street). Les bijouteries chinoises s’alignent sur Canal Street entre Mott et Bowery. Les Chinois épargnant beaucoup, on trouve également plusieurs banques asiatiques et américaines dans le quartier. Sur Canal Street, une multitude de vendeurs proposent des imitations de parfum, des montres et des sacs à main.

Jusque dans les années 1970, Chinatown était délimité par :

  • Canal Street au nord (limitrophe de Little Italy)
  • The Bowery à l’est (vers le Lower East Side)
  • Worth Street au sud
  • Baxter Street à l’ouest

Après l’évolution des lois sur l’émigration, en 1965, qui autorisaient un plus grand nombre d’immigrants d’origine asiatique, la population de Chinatown a explosé et le quartier s’est étendu, surtout en direction du nord. Dans les années 1970, Little Italy était presque absorbée, il n’en restait plus qu’une partie sur Mulberry Street au nord de Canal Street. Le quartier qui s’appelle NoLIta(North of Little Italy) commence également à se remplir de résidents chinois.

Un gigantesque projet immobilier, appelé Confucius Plaza et subventionné par des fonds fédéraux, vit le jour à l’angle de Bowery et de Division streets en 1976. Cette tour résidentielle de 44 étages permit d’absorber quelque peu l’expansion démographique du quartier, en offrant également un nouveau groupe scolaire aux habitants. Cependant, bien que cet immeuble ait été conçu pour abriter des familles aux revenus modestes, beaucoup d’appartements furent acquis par des personnes fortunées, grâce à des dessous de table.

Dans les années 1990, les Chinois commencèrent à investir d’autres quartiers du Lower East Side, qui cinquante années auparavant étaient occupés par des immigrants juifs d’Europe de l’Est et vingt ans avant par une population d’origine hispanique. On trouve encore quelques restes de cet héritage judaïque, comme le restaurant Katz’s Deli et un certain nombre de synagogues et autres établissements religieux.

De nos jours, Chinatown s’étend sur une zone approximativement délimitée par :

  • Delancey Street au nord (vers East Village et SoHo)
  • East Broadway à l’est (jusqu’au pont de Williamsburg)
  • Broadway à l’ouest (débordant sur Tribeca)
  • Chambers Street au sud (débordant sur le quartier de City Hall, la mairie)

Le Chinatown de New York est à la fois une zone résidentielle et commerciale, ce qui le distingue de certains autres quartiers chinois. La plupart des estimations concernant sa population sont comprises entre 150 000 à 250 000 résidents et atteignent parfois 350 000. Il est difficile de la connaître avec exactitude, les habitants étant difficiles à recenser, à cause de difficultés linguistiques et d’une importante immigration clandestine.

À côté des 200 à 300 restaurants du quartier, l’emploi est également assuré par la présence de boutiques vestimentaires. Bien que les vêtements soient maintenant principalement fabriqués en Chine, on trouve encore une industrie locale de la confection, souvent réalisée à domicile. L’accroissement de la population provient essentiellement de l’immigration. Lorsque les générations précédentes d’immigrants parviennent à un meilleur niveau d’instruction, de qualification professionnelle et de maîtrise de l’anglais, ils ont tendance à chercher du travail et à déménager dans d’autres quartiers.

En ce début de XXIe siècle, l’habitat de Chinatown est surtout composé d’immeubles délabrés, découpés en logement exigus, certains datant de plus d’un siècle, avec toilettes dans l’entrée partagées entre plusieurs appartements.

En dehors des enseignes commerciales écrites en chinois, il n’y avait pas historiquement de monument spécifiquement chinois dans le quartier. En 1962], à Chatham Square fut érigé l’arche Kam Lau en l’honneur des soldats américains d’origine chinoise morts pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce mémorial, qui porte des calligraphies du célèbre Yu Youren (1879-1964), est la plupart du temps ignoré par les résidents, car mal placé sur une artère encombrée de véhicules. On trouve également une statue de Lin Zexu, un dignitaire chinois de Fuzhou qui s’est opposé au commerce de l’opium au XIXe siècle. Dans les années 1970, la compagnie téléphonique locale commença à coiffer les cabines publiques de décorations en forme de pagode. En 1976, la statue de Confucius devant Confucius Plaza devint un lieu de rencontre. Dans les années 1980, les banques qui s’implantèrent dans le quartier firent construire des bâtiments avec des façades dans le style chinois traditionnel.

Certains considèrent que les meilleurs restaurants chinois se trouvent maintenant dans le quartier de Flushing.

Chinatown fut sévèrement touchée par les attentats du 11 septembre 2001. Étant proche de Ground zero, le tourisme et le commerce mirent du temps à redémarrer, notamment à cause de la fermeture par la police de Park Row, une des deux artères importantes reliant le Financial Center (centre des affaires) avec Chinatown.

Share Button

New York: visite du MOMA

Le Museum of Modern Art (MoMA) est un musée d’art moderne et contemporain inauguré en 1929 et aujourd’hui situé dans le quartier de Midtown dans l’arrondissement de Manhattan, à New York.

Abby Aldrich Rockefeller (épouse de John D. Rockefeller, Jr.) et deux de ses amies, Lillie P. Bliss et Mary Quinn Sullivan, mécènes influentes et progressistes, perçoivent la nécessité de contester les politiques conservatrices des musées traditionnels aux États-Unis. Elles décident de créer une institution vouée exclusivement à l’art moderne qui aura pour rôle de conserver des œuvres connues mais d’ouvrir également ses portes à de jeunes artistes.

Inauguré en 1929, le musée accueillait plus de 3 millions de visiteurs en 20101, ce qui en fait la troisième institution la plus visitée aux États-Unis après le Metropolitan Museum of Art (New York) et la National Gallery of Art (Washington). L’institution conserve l’une des plus importantes collections d’art moderne et contemporain au monde avec celle du Centre Georges-Pompidou (Paris) et de la Tate Modern (Londres).

Le MoMA a été l’un des premiers musées d’art au monde à se doter, en 1940, d’un département spécifique consacré à la photographie, fondé par Beaumont Newhall, et cela a fortement contribué à la reconnaissance de celle-ci comme un art à part entière et a eu une grande influence dans l’acceptation de la photographie par d’autres musées à travers le monde.

Le P.S. 1 Contemporary Art Center, situé dans l’arrondissement de Queens, est affilié au MoMA depuis 2000.

Share Button

New York: concert de jazz

Tous les week-ends depuis 1991, cette habitante d’Harlem perpétue la tradition des concerts privés de jazz du quartier.

Dimanche après-midi, 15h30, Marjorie Eliot vous reçoit dans le salon de son appartement de Washington Heights, au numéro 3F, pour une après-midi musicale et intimiste. Madame Eliot met en place environ 50 chaises dans son salon, sa cuisine et son couloir, et tout le monde est le bienvenu. Préparez-vous à être ému par l’esprit d’amour et de générosité qui flotte dans l’air. Pour elle, les concerts sont une façon d’honorer la mémoire de deux de ses fils qui sont décédés. Ses concerts gratuits hebdomadaires dans le salon de son appartement sont légendaires dans Harlem et sont devenus une véritable institution pour les amateurs de jazz dans toute la ville. Gratuit mais donations appréciées et recommandées. 555 Edgecombe Avenue apt. 3F.

Share Button

New York: Central Park

Central Park est un espace vert américain d’une superficie de 341 hectares (3,41 km², environ 4 km sur 800 mètres), situé dans l’arrondissement de Manhattan à New York (État de New York). Il est géré par la Central Park Conservancy (comité de sauvegarde de Central Park) qui dispose d’un budget annuel de 200 millions de dollars, et est entretenu au même titre que les autres espaces verts de la ville par le New York City Department of Parks and Recreation (département des Espaces Verts et des Loisirs de la Ville de New York).

Achevé en 1873 après treize années de construction, selon les plans de Frederick Law Olmsted et Calvert Vaux (également à l’origine du Prospect Park de Brooklyn), Central Park représente une oasis de verdure au milieu de la forêt de gratte-ciel de Manhattan, même s’il est situé au nord de l’île où les édifices sont un peu moins élevés. Il est délimité par la 110e rue au nord, la 8e avenue à l’ouest, la 59e rue au sud et la 5e avenue à l’est. Ces rues sont respectivement baptisées Central Park North, Central Park West et Central Park South, et le parc est encadré par deux quartiers résidentiels : l’Upper East Side (à l’est) et l’Upper West Side (à l’ouest). Avec 37,5 millions de visiteurs par an, Central Park est le parc le plus visité aux États-Unis.

Son aspect naturel est le résultat d’un important travail paysager : le parc contient plusieurs lacs artificiels (dont le plus important, le Jacqueline Kennedy Onassis Reservoir s’étend sur 0,43 km2)3, des chemins piétonniers, deux pistes de patinage sur glace, une zone de protection de la vie sauvage et des pelouses pour pratiquer sports et jeux de plein air. Le parc est en outre un « sanctuaire » pour les oiseaux migrateurs, où de nombreux observateurs viennent les découvrir. Une route de 9,7 km de long, relativement peu fréquentée par les automobilistes, entoure le parc. Elle peut être empruntée par les piétons, les coureurs de fond, les cyclistes ou encore les adeptes du roller, surtout le week-end et en semaine après dix-neuf heures, lorsque la circulation automobile y est totalement interdite.

Share Button

New York: musée d’histoire naturelle

Le Muséum américain d’histoire naturelle (American Museum of Natural History) est l’un des grands musées de New York. Il est situé sur l’île de Manhattan dans le quartier de l’Upper West Side, au croisement de la 81e rue et Central Park West, face à Central Park.

Le musée, ouvert en décembre 1877, emploie plus de 1 200 personnes et finance chaque année une centaine d’expéditions scientifiques.

Créé en 1869, il est d’abord hébergé dans le bâtiment Arsenal de Central Park. En 1874, un terrain fut acquis à l’emplacement où il se trouve actuellement. La première partie a été construite dans un style néogothique, par Calvert Vaux et Jacob Wrey Mould, qui collaboraient avec Frederick Law Olmsted pour les structures de Central Park. L’aile sud est une réalisation néoromane en pierre brune de J. Cleaveland Cady, où l’on remarque l’influence de Henry Hobson Richardson. L’entrée en forme d’arc de triomphe romain, qui donne sur Central Park West, est l’œuvre de John Russell Pope et fut achevée en 1936. Elle débouche sur une grande basilique romane, où le visiteur est accueilli par le squelette d’un apatosaure qui défend son petit contre un allosaure.

Share Button

New York: visite du Metropolitan Museum of Art (MET)

Le Metropolitan Museum of Art de New York est l’un des plus grands musées d’art au monde. Ouvert au public depuis le , il est situé dans l’arrondissement de Manhattan, du côté de Central Park sur la Cinquième avenue et à la hauteur de la 82e rue. Le musée comprend également un autre bâtiment, « The Cloisters » (les cloîtres), à l’extrémité nord de l’île, dans Fort Tryon Park (quartier de Washington Heights). Cette annexe présente des œuvres d’art médiéval et des reconstitutions de cloîtres européens. Les collections du Met comptent plus de deux millions d’œuvres d’art provenant du monde entier1 et représentant une gamme d’objets très divers. Les premières pièces furent apportées par les fondateurs puis des dons et des legs de grands collectionneurs ainsi que les diverses politiques d’acquisition menées par les directeurs successifs. Les visiteurs peuvent ainsi admirer des trésors de l’Antiquité, tels que ceux exposés dans ses galeries grecques et chypriotes, en passant par des toiles et des sculptures de tous les grands maîtres européens, jusqu’à une large collection d’art américain. Les collections sont aussi composées d’œuvres égyptiennes, africaines, asiatiques, océaniennes, moyen-orientales, byzantines et islamiques2.

Une collection encyclopédique d’instruments de musique du monde entier peut aussi être admirée ainsi qu’une série d’intérieurs, comme une chambre romaine du Ier siècle av. J.-C. ou une pièce dessinée par l’architecte américain Frank Lloyd Wright3. Il faut également mentionner sa collection d’armes et d’armures antiques d’Europe, mais aussi du Japon, des États-Unis et du Moyen-Orient.

 

Share Button

New York: visite du musée Intrepid Sea-Air-Space Museum

L’Intrepid Sea-Air-Space Museum est un musée de la ville de New York aux États-Unis consacré à l’histoire maritime, aérospatiale et militaire qui expose plusieurs bateaux-musées. Le musée présente notamment le porte-avions USS Intrepid en activité durant la Seconde Guerre mondiale, le sous-marin Growler, un exemplaire de l’avion supersonique civil Concorde et l’avion de reconnaissance militaire supersonique Lockheed A-12 Oxcart. Le musée a fait l’acquisition en 2011 de la navette spatiale américaine Enterprise1. Le musée, fondé en 1982 pour préserver le porte-avions Intrepid qui devait être démantelé2, est situé au niveau de la 46e rue du quartier West Side dans l’île de Manhattan.

Site officiel du musée

 

Share Button