Visite du musée des Beaux Arts de Nice.

Visite du musée des Beaux Arts de Nice.

Le musée des Beaux-Arts présente une importante collection d’œuvres qui couvre toute l’histoire de l’art du XVIème au XXème siècle et qui a été enrichie au fil du temps par d’importantes donations.

Les collections mettent en avant une réelle évolution en peinture comme en sculpture. Les thèmes et sujets abordés, le dynamisme de la couleur, l’utilisation de la lumière sont clairement un passage de la peinture classique vers une modernité recherchée par les artistes.

Les collections de peinture et de sculpture s’étendent du XVIe au XXe siècle avec le Bronzino au XVIe, B. Zenale au XVIe, Jan Brueghel de Velours au XVIIe, H .Fragonard et les Vanloo au XVIIIe, au XIXe J.B Carpeaux et les peintres orientalistes, puis J.Chéret, G-A Mossa pour la Belle Epoque, et enfin R. Dufy au XXe siècle.

Le musée des Beaux Arts a été installé en 1928 dans une magnifique demeure construite sur l’initiative de la princesse ukrainienne Kotchoubey en 1878 et achevée par l’américain Thompson. Un siècle plus tard, le charme du bâtiment opère toujours grâce à de remarquables hauteurs sous plafond et à un monumental escalier de marbre. Il est l’héritier d’un premier musée constitué à partir des dépôts de l’État souhaités par Napoléon III après le rattachement de Nice à la France en 1860. Puis, la collection s’est enrichie des dons et legs de Mesdames Bashkirtseff, Ziem, Clément-Carpeaux, Dufy, du baron et de la baronne Vitta, de Maurice Fenaille et Gustav-Adolf Mossa, plus récemment des legs de mesdames Odette Avigdor d’Acquaviva et celui de Madame Ethel Messiah. Et, en 2002, d’une importante donation constituée de 75 sculptures de Michel de Tarnowsky (Nice,1870-1946), grâce à l’association de ses amis, créée en 1992 par sa fille Françoise .

Les oeuvres les plus emblématiques de ce musée sont la Crucifixion d’Agnolo Bronzino (1540), La console jaune aux deux fenêtres de Raoul Dufy (1948), Le déjeuner sur l’herbe de Jules Chéret (1904), Fenêtre ouverte sur la Seine de Pierre Bonnard (1912), Allégorie de la Terre et Allégorie de l’Eau de Jan I Brueghel & Hendrick Van Balen (XVIIe siècle), Le pêcheur napolitain de Jean-Baptiste Carpeaux(1858).

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.